Actualités 22/09/2021

Prêts participatifs relance et obligations relance

Par Nina Boussalem

Au milieu de la crise sanitaire, beaucoup d'entreprises ont trouvé leur santé financière réduite. Pour les aider à s'en sortir, l'Etat se porte garant et met en place de nombreuses mesures !

C’est quoi ? 

Prêts participatifs relance (PPR)

Les PPR ont été mis en place pour les entreprises qui manquent de solvabilité. Ces prêts sont spécialisés pour la relance, d’où leur nom “prêt participatif relance”. Ce financement long n’est pas dilutif, c’est-à-dire qu’il n’a aucun impact négatif sur la rentabilité de l’entreprise. Au contraire, son but est de financer, sur le long-terme, les opérations d’investissement, ainsi que le développement de l’entreprise. Cette alternative permet aux entreprises d’obtenir un financement à un coût attractif, garanti par l’Etat et ce, sans modification de la gouvernance. 

Obligations relance (OR)

Ce dispositif, également garanti par l'Etat, est distribué par des sociétés de gestion. Leur durée est de 8 ans. Remboursables à échéance, ils répondent aux mêmes objectifs de financement que le PPR. 

A noter que OR et PPR sont cumulables ! Mais attention, ces prêts sont garantis par l’Etat, mais ne sont pas octroyés par l’Etat !

Pour qui ? 

PME (petites et moyennes entreprises) et ETI (entreprises de taille intermédiaire) viables ayant pour projet de se développer et dont le chiffre d’affaires est supérieur à 2 millions d’euros - mais dont la crise a affaibli la santé financière. 

Comment ? 

C’est un prêt bancaire à une entreprise - distribué par les banques, les sociétés de financement ou des fonds par accord avec l’Etat. 

Les PPR sont garantis par l’Etat car cédés à 90% à un fonds garanti par l’Etat, et à 10% conservés par les banques, sans garantie de l’Etat. 

Les OR, quant à elles, sont distribuées par des fonds d’investissement provenant de sociétés de gestion de portefeuille. Ces sociétés ont néanmoins bénéficié d’un accord avec l’Etat, et 90% sont acquises par un fonds de Place, garanti par l’Etat. Comme pour les PPR, 10% restant sans garantie de l’Etat. 

Pour les PPR et les OR, l’interlocuteur n’est pas l’Etat, mais bel et bien l’organisme prêteur (banque, société de gestion de portefeuille, sociétés de financement…). 

Pour accéder à la FAQ du gouvernement sur le sujet, cliquez-ici.

Le sujet de notre article précédent porte sur la relation entre la comptabilité et la fiscalité. Pour y accéder, cliquez-ici.